Match point

Publié le par yak

Match point de Woody Allen - UGC Les Halles - Dimanche 17h05

Jamais vu autant de monde à faire la queue pour le ciné Alors au départ on était censé aller voir Elizabethtown (c'était pas mon choix), mais c'était déjà complet, comme Joyeux noël, le Petit Lieutenant, Wallace & Gromit, les Noces funèbres Alors voilà, c'est parti pour Match Point (complètement de travers au quatrième rang ).

Donc le Woody Allen de l'année, c'est comme le Beaujolais (c'est de saison en plus), on sait jamais à quoi s'attendre. Sauf que cette fois tout ceux qui l'ont vu à Cannes n'en disent que du bien. Commençons par la forme: on est à Londres, la référence du film est Dostoïevski (d'ailleurs si quelqu'un peut me renseigner un peu plus sur son oeuvre, ça pourrait peut-être aider à mieux comprendre le film).

Il s'agit donc de l'histoire d'un tennisman qui s'intègre dans une famille de la haute société anglaise en épousant une héritière et en travaillant dans l'entreprise familiale. Evidemment tout ça est bien trop beau alors bien sûr le jeune homme (Johnathan Rhys-Meyers, le petit ami de Keira Knightley dans Joue-là comme Beckham non?) s'empresse de tromper sa femme avec la femme du frère de celle-ci (Scarlett Johansson ).

Dans ce film, Allen met à mal les principes du monsieur (et des nôtres en passant). Tout ça pour illustrer une chose: la vie ne tient qu'à un fil. Elle peut basculer à tout moment, tout n'est question que de chance. Avec Scarlett, le héros semble être un personnage de fable; la pression de la maîtresse devient inextricable, il doit trouver une solution. Et là, c'est le drame

Beaucoup de bons moments comiques, une intrigue intéressante, des acteurs craquants (ben quoi, c'est vrai ) tous les ingrédients sont réunis pour un bon film. Un format un peu plus long qu'à l'habitude (2 heures) pour Allen, mais le film ne s'essoufle jamais. La fin est géniale Bref on s'ennuie pas de bout en bout. Dommage cette fin est tellement surréaliste qu'on y croit pas trop... mais bon sans regrets

Publié dans Ciné

Commenter cet article