Caluire et Cuire - Rose concert 2.0

Publié le

CIMG3202.jpgCamille est un sacré batteur, mais aussi un as du teasing. Errant (désolé :D) devant l'entrée de la salle, il promet une nouvelle version du concert, des nouvelles lights, des nouveaux instruments, des nouveaux musiciens... Hmmm de quoi largement aiguiser la curiosité d'un type qui aurait pu arriver blasé de faire son quarante-douzième concert de Rose... Non non je vous rassure il ne rabattait pas non plus les gens comme à la poissonnerie. Mais il vend bien son affaire mine de rien! Bon ok j'avais déjà payé ma place mais bon... Le public est bien au rendez-vous, s'est massé de bonne heure au x premiers rangs de la fosse et dans les gradins... La lumière s'éteint, Austine et son guitariste arrivent sur scène. Plutôt sympa les chansons... Pas impressionnée par l'audience inhabituelle selon son aveu, elle fait un set agréable, sûr, avec une jolie voix malgré des mélodies sans grande originalité. Doux moment toutefois et un bel accueil du public...

A y regarder de plus près, on découvre des lustres au-dessus de la tête des musiciens, des spots qui font un peu Silence, on tourne :D et qu'on devine vecteurs de chaleur implacables. Mais surtout on voit un ukulélé posé pour Jérôme, ainsi qu'un synthé derrière lui! Intéressant tout ça... Un quart d'heure de soundcheck et c'est parti pour le concert version 2.0! Ce fut tout simplement exquis, le synthé ajoute de la richesse au son, accentue les changements de rythme... Le public est en grande forme et encourage superbement la petite équipe. Sur J'ai (guitare/voix), il réalisera son fantasme bruelien à base de refrain repris et de cris hystériques :) On sent un groupe en grande grande forme et très complice. Le Sombre con synthé inside est encore plus entraînant, leur enthousiasme est communicatif c'était vraiment excellent. Rose sort une première fois de scène, et dans une ambiance survoltée pour une Poupée de cire de haute volée, une énergie extraordinaire se dégage. Libérée de sa guitare elle vit la chanson et occupe plus la scène. Elle nous annonce ensuite une nouvelle chanson "qu'elle n'a jamais jouée". Petit naïf que je suis, j'y ai vraiment cru :) Bon jusqu'au moment où elle a répondu "toi, tu viens trop souvent" à quelqu'un dans la fosse. On a donc droit à Je guéris, toujours aussi émouvante, avec un bel harmonica et un synthé discret mais bien intégré, contrairement à Julien que j'ai trouvé surchargé et perdant en noirceur au passage. Mais globalement la métamorphose synthétique a été bien réussie. Les nouveaux arrangements guitare aussi. Je m'ennuie frappe ainsi très fort avec une nouvelle version très très folk ukulélé, papapapapapapa final, harmonica, solo made in Christopher le joueur de synthé (cheveux grisonnant mais en fait il est jeune dixit Rose), trompette... Vraiment très très très très très bon!! Ca s'éloigne de la version certes très fosse-friendly mais jazzy de la précédente fournée. Un vrai gros rappel derrière, très suivi, où le public en gradins, se lève, et où on découvre en Jérôme un chauffeur de salle pour lancer Ciao Bella. Le public reprend allègrement, l'estomac se noue, on a pas envie que ça s'arête... Je sais plus (définitivement renommée la chanson du cafard) est également chantée par le public, avec une phrase en plus pour profiter du moment... Et pour finir un bon vieux Mercedes Benz pour finir en beauté. Stéphane se met à courir partout sur le devant de la scène tandis que Jérôme se rapproche un peu plus. Camille retrouve son saut de la batterie (on attend toujours le saut périlleux!!! :D).

Alors ok, le son n'était pas parfait (très très fort sur les aigus, voire assourdissant), la crew du Radiant est juste désagréable (je me demande encore comment j'ai exfiltré mes photos de la salle, merci Julie pour m'avoir planqué), mais sur la scène ils ont vraiment été forts. Le public a été au rendez-vous, la musique a changé, Rose, c'était une chanteuse, un groupe, c'est devenu une bande (Welcome on board Christopher!), ça fait vraiment, vraiment plaisir à voir... L'Olympia promet!!

Setlist: Saisons - D'autres ailes - Les jeux sont faits - Rose - Sombre con - La liste - A l'envers - J'ai - L'acide - Julien - Poupée de cire - Je guéris - Je m'ennuie ----- Ciao bella - Je sais plus - Mercedes Benz


Epilogue: les histoires du Professeur Plasseraud

La décence m'empêche de ne pas évoquer la prestation de Jérôme. Guitariste-bassiste-ukuléléiste (oui c'est juste pour la rime Laughing) de son état, irréprochable musicalement, a créé une réelle alchimie avec le public, et notamment la gent féminine. Jeté dans la fosse aux lions lors du rappel, il a enflammé la salle comme s'il s'agissait de son concert Smile Pour accentuer la portée culturelle du spectacle, il a également pu faire un cours d'histoire de l'art... Bref, la classe quoi
Oui oui c'est une version soft là ^^ Et j'ai des preuves de ce que j'écris :)


Photos & videos (saturées à mort, quoiqu'on entend parfaitement ce que dit l'Prof :D) : J'ai, Poupée de cire, poupée de son, Je guéris, Je m'ennuie, et une compilation d'anecdotes filmiques :)

Big big thanks à Cédric pour l'idée, Sophie pour s'être déplacée de si loin, Julie pour le super weekend, Aurélie pour le toit et la visite guidée de Lyon, Estelle pour la couette, à toi qui est allé jusqu'au bout de ce post, et désolé pour le retard hier soir mais chose promise, chose dûe!!!

Publié dans Musique

Commenter cet article