L'âge d'homme

Publié le par yak

Romain Duris, le trentenaire qui cherche sa voie, sur le ton de la comédie... ça ne vous rappelle rien? Si? C'est normal... Mais malheureusement, force est de constater que Klapisch a une longueur d'avance sur tous ses concurrents sur ce thème là. Il s'agit donc de Samuel, réalisateur de films (tiens donc...), qui vit avec sa petite amie (Aïssa Maïga) depuis maintenant un an. Ses amis commencent à se poser, à trouver leur voie; alors que lui se cherche encore. Et sombre dans l'angoisse quand le moment de faire évoluer cette relation semble inéluctable.

J'aurais dû me méfier quand ils ont dit que le film ne ressemblait à aucun autre film français tel qu'on les connait. En fait, ce n'est pas sur français qu'il faut s'arrêter, ils ont juste oublié de faire un film. C'est nerveux, au plus proche du personnage, mais sans servir un quelconque message. Le montage a dû être fait par un stagiaire qui a mélangé les bobines c'est pas possible... les sujets sont tout juste effleurés. Un grand fouilli pour pas vraiment grand chose quoi... Maintenant que j'ai été bien méchant, on va essayer de repêcher des choses de la poubelle.. on mentionnera donc la bonne présence d'Aïssa Maïga (déjà croisée dans les poupées russes aussi... la vendeuse du promod ou chais plus quel magasin nan?) dans l'un des très rares rôles féminins. Duris fait lui ce qu'il peut, prend des postures comiques sympas mais qui ont un terrible air de déjà vu.

Et pour terminer ce petit pavé à sens unique (mais pas le bon), un petit mot sur l'avant-première elle-même. Organisée par Myspace France, elle s'est révélée plus proche de la projection sauvage que du rendez-vous cinéphile. Vous me direz, vu le film.. On a assisté à un passage éclair de l'équipe du film, un peu comme quand ils font des passages éclairs dans les différentes salles parisiennes pour prendre la température au jour de sortie. Sauf qu'au lieu de parler du film, chacun a débité deux pauvres phrases sur myspace.. Lucidité sur la qualité du film? Délire du marketing? Pas de séance de questions/réponses d'après film.. C'est pas de l'impro, c'était juste n'importe quoi. Je passerai sous silence la différence listings/entrée qui a entraîné une belle affluence sur les escaliers de la salle... Ces événements doivent être l'occasion de recueillir du feedback pour les studios et les créatifs; là, cette avant-première était surtout un ratage dans sa globalité..

Publié dans Ciné

Commenter cet article

ally 06/09/2007 21:31

contente de voir qu\\\'on ait du meme avis ! :) faut que je fasse mon compte rendu aussi :) et je crois que c\\\'était plutot naf naf le magasin des poupées russes ;)