RWC - Fin des poules

Publié le par yak

Au pied du mur... Notez, au pied, pas dans le mur. La marée black ne s'est pas encore abattue sur nos bleus. Alors avant de pleurer sur l'incompétence des organisateurs qui nous envoie à Cardiff on va simplement relever que l'ambiance ne sera pas pire que pour les précédents matchs des Bleus... à domicile. Au contraire sans doute, on peut croire que les européens (anglais et irlandais principalement) seront derrière la France, et que le contingent de Français qui va débarquer au Millenium samedi sera composé des dernières personnes qui y croient et qui... ont les moyens d'y aller. Alors y croire, oui, même si c'est difficile. Il faudra pour cela que les Neo Z nous aident un peu, parce que voir un Rougerie écarté face à Dominici et nos deux ailiers de poche, tout toulousains qu'ils soient, me rappelle l'essai de Lomu de 99 où Bernat-Salles rebondit littéralement sur l'ailier Black. L'occupation du terrain prônée par la composition du staff est plutôt intéressante, Traille étant revenu à un niveau intéressant et redonnant une paire de centre Jauzion-Marty où chacun peut prendre les intervalles. On aligne sans doute la meilleure équipe qu'il soit possible d'aligner, Nallet excepté. Pourtant elle semble en tous points inférieure à celle des NeoZ. Alors il faudra que le coeur des XV soit grand pour continuer à faire vivre le rêve. Il n'y a plus rien à perdre...

Sinon la faillite de l'Europe est impressionnante entre l'Irlande et le Pays de Galles qui ne passent pas, l'Angleterre qui ne semble reposer que sur la précision des coups de pieds de Wilko et la France qui ne trouve pas son équipe. Pourtant tout le monde a eu le temps de se préparer, l'Irlande ayant quasiment vécu un an ensemble, ne jouant que la coupe d'Europe! Comme quoi sans folie, sans ressort, sans French flair, la préparation physique ne sert à rien. Du jeu! Pas de l'anti-jeu...

Alors forcément, les équipes qui ont joué non pas à rentre dedans, mais à faire parler l'instinct, comme les Fidjiens et les Argentins, ont été belles à voir, pas forcément hyper spectaculaires, mais au moins n'ont pas développé un jeu stéréotypé. La clé de leur réussite sans aucun doute... Les Argentins sont en position idéale pour s'intercaler entre les VI nations et le Tri-Nations. Voilà le rugby des valeurs, face au rugby des robots... Marre de voir nos centres s'empaler bordel!

Petite note à ceux qui se demandent où sont passer les rivious ciné: une tartine va bientôt arriver ;)

Publié dans Sport

Commenter cet article