99 francs

Publié le par yak

Octave est riche, Octave est reconnu, Octave bosse dans une agence de pub noyée par le vice et la facilité. Quoique.. En tout cas Octave croit en lui. Tout le monde profite à sa façon de sa vie et de son statut. C'est quoi cette vie de débauché? En quoi s'installer dans un confort indécent pourrait poser problème? C'est vrai quoi, autant que la vie vale la peine d'être vécue... Donc voilà c'est un peu l'histoire de la vie dissolue d'Octave au pays de ses merveilles...

Cet Octave joué par Jean Dujardin est à l'image une copie conforme de Frédéric Beigbéder. Il joue parfaitement le rôle d'un mégalomane pas tout à fait équilibré. Heureusement qu'il avait un peu disparu des écrans ces derniers temps parce qu'il est présent dans la très très très très grande majorité des plans. On frise l'overdose en même temps que son personnage... mais on n'y succombe pas. En tout cas pas moi. A côté les acteurs secondaires sont très effacés, mais étoffent un peu le film qui se serait sinon transformé en biopic^^. Ah, mais on me dit qu'en même temps c'était un peu le principe du film... En tout cas il joue une partition à la fois pathétique, comique et tragique avec un bel aplomb.

Un bouquin fou, dans les mains d'un réalisateur fou. Le fond est ce qu'il est, tout en démesure et en narcissisme dans le royaume de l'auto-satisfaction mercantile. Mais quel rythme effreiné! a l'image de ce qui se passe dans le cerveau d'Octave, 50 idées à la seconde jaillissent sur le spectateur. Dans le plus grand désordre. Un aspect bordélique délibéré, qui ralentit en même temps qu'Octave retrouve (un peu) de sa lucidité, mais qui repart immédiatement de plus belle. Comme son personnage principal, Kounen perd son spectateur devant ce flot d'informations, de couleurs irréelles et de situation absurdes. Alors bien sûr, tant de scènes choc ne peuvent pas plaire à l'ensemble du public. Mais il oblige à avoir une opinion très tranchée. Aucune place à la demi-mesure dans ce film. OK, tout va très vite, on est parfois paumé... mais quel pied sérieux! Pour une fois qu'un film assume son côté dézingué, il faut en profiter. Oui, c'est malsain, oui, c'est pas très défendable moralement... Et alors? :p Un peu de folie n'a jamais fait de mal. Un film pas banal, prenant, dont on sort un peu interloqué. Mais j'ai passé un vrai bon moment dans la salle...

Oui oui ça fait 40 ans que ça aurait dû être posté mais comment on fait quand on a égaré la clé usb et qu'on la retrouve un mois après? :p

Publié dans Ciné

Commenter cet article

yak 26/10/2007 00:41

Bah on avait lancé des paris alors ça devenait intéressant de vérifier^^

coralia 25/10/2007 20:59

"OK, tout va très vite, on est parfois paumé..." surtout si tu regardes 50 fois si la voisine d'à côté s'est endormie ou pas :D bien filmé, mais j'ai pas aiméééééé :D j'assumeuuuh